EIE de Liege Airport : Alternatives

← Retourner vers la procédure et le menu

Emploi

Dans le cadre de cette étude d’incidences, il me semble important d’étudier les alternatives ci-dessous.

  • Est-ce que la résilience de l’économie wallonne et la pérennité des emplois ne seraient pas plus grandes avec une réaffectation des moyens publics pour le support et le développement aux PME locales, aux indépendants et aux producteurs locaux plutôt que d’affecter ces moyens budgétaires à favoriser le développement de multinationales ?
  • Est-ce qu’il serait pas préférable d’axer désormais les emplois sur la transition écologique et énergétique ? Un exemple parmi d’autres serait l’isolation des bâtiments.
  • Vu les 1.374.067 m² de kérosène par an, les 600 millions d’euros d’investissement encore à prévoir à Bierset, les presque 50 millions d’euros que Liège Airport coûte annuellement au contribuable wallon, la délocalisation aisé pour les entreprises logistiques, est-ce qu’il n’y aurait aucune alternative plus efficiente pour créer de l’emploi ?

Changement climatique

Dans le cadre de cette étude d’incidences, il me semble important d’étudier les alternatives ci-dessous.

  • Est-ce que ce projet, initié en des temps où le changement climatique n’était pas d’actualité, ne serait-il pas devenu une hérésie, compte tenu des connaissances scientifiques actuelles et des risques que le simple changement climatique fait courir à la population mondiale ?

Vols de nuit et vieux avions polluants

Dans le cadre de cette étude d’incidences, il me semble important d’étudier les alternatives ci-dessous.

  • Est-ce que le maintien des vols de nuit sans restrictions à Liège, voire même des vols de nuit tout court est-il toujours pertinent ? Liège Airport est au sixième rang européen derrière Francfort, Paris, Londres, Amsterdam et Leipzig. Ces 4 premiers aéroports ont des restrictions pour les vols nocturnes. Cela ne semble donc pas un frein à un développement du fret aérien ou du cargo. Pourquoi ne pas implémenter certaines restrictions à l’aéroport de Liège ?
  • Est-ce que Liège Airport pourrait imposer l’élimination des avions anciens plus polluants ? Si non, pour quelles raisons ?

Zone de sortie de piste et sablière

Dans le cadre de cette étude d’incidences, il me semble important d’étudier les alternatives ci-dessous.

  • Si une zone de « sortie de piste » doit être prévue, ne pourrait-elle pas s’implanter avant la sablière ? Et donc effectuer une translation de cette piste de contingence plus vers la route N637 et en gardant son axe actuel. Vu la disponibilité des zones Cubber, il pourrait même être envisagé de modifier le tracé de la route N637 pour libérer de la place pour la piste de contingence. Vu la relative planéité des terrains au voisinage de la route N637, évaluez si une telle modification de l’implantation de la piste n’est pas une solution économiquement rentable vu les immenses déblais à réaliser dans la sablière et le coût de réalisation d’un site biologiquement équivalent et dont le résultat n’est pas 100% garanti. Chiffrez cette alternative qui au niveau technique ne présente quasi aucune difficulté et est réalisable par de nombreuses entreprises de la région.

Allongement de la piste de contingence

Dans le cadre de cette étude d’incidences, il me semble important d’étudier les alternatives ci-dessous.

  • Lors de la première réunion d’information préalable réalisée fin 2019 à ce sujet, il avait été mis l’accent sur le fait que cet allongement était réalisé en vue de la réfection de la piste principale prévue plus tard. Il fallait en effet proposer une piste plus longue afin de pallier la fermeture de la piste principale.
  • Le désengagement de FedEx (ou son départ définitif) change un peu les choses : l’activité nocturne (principalement liée à FedEx) sera donc drastiquement réduite. Il devient donc maintenant concevable d’effectuer les travaux de nuit et par tronçon, ce qui avait été exclu à l’époque à cause de cette activité de nuit.
  • De plus, la piste de contingence peut être également utilisée par les gros porteurs avec sa longueur actuelle (2340 m), moyennant quelques restrictions de poids au décollage. C’est en effet ce qui est fait à l’aéroport de Maastricht, où des gros porteurs opèrent tous les jours avec une piste de 2500 m.
  • Enfin, les aéroports qui ne possèdent qu’une piste (Luxembourg par exemple) font également face à ce problème de réfection de piste et trouvent des alternatives sans piste de contingence disponible (travaux la nuit, délocalisation d’une partie du trafic à Nancy ou Saarbrücken).
  • L’allongement de la piste est donc facilement évitable. La présentation du Master Plan 2040 démontre clairement que l’objectif de cet allongement est une augmentation de la capacité aéroportuaire et non une solution de contingence lors des travaux prévus sur la piste principale.
  • L’espace aérien autour de l’aéroport sera-t-il modifié afin de permettre une gestion optimale de ce trafic supplémentaire ?
  • Certaines zones militaires interférant avec l’aéroport de Liège seront-elles déplacées ?
  • Faut-il s’attendre à avoir des modifications de trajectoires dans les sens décollages (la trajectoire unique limitant la capacité de l’aéroport) ?

Si vous trouvez qu’il manque une question ou une information, qu’une question pourrait être mieux formulée, qu’il y a des erreurs dans la liste ci-dessus : surtout, contactez-nous ! Nous avons besoin de vos lumières également.

Retourner vers le haut de page

← Retourner vers la procédure et le menu

1 réflexion sur “EIE de Liege Airport : Alternatives”

  1. Chaque nuit, vers 03h du matin des avions atterrissent et même si les atterrissages sont moins bruyants que les décollages, ils sont très bruyants. le trafic déjà dense maintenant le sera encore plus si l’aéroport s’étend comme annoncé. Et le droit au sommeil qui n’est pas respecté. Combien de maisons ont déjà été démolies, ce qui a d’abord attiré voleurs et autres vandales car les démolitions ont traîné et traînent encore aujourd’hui. Bierset, c’est la mort et la disparition de petits villages autrefois tellement agréables. L’aviation militaire était moins polluantes et plus supportable que les vols cargo. Je n’ai plus aucune confiance en la Région Wallonne et ses dirigeants. Juste bes beaux parleurs et puis, c’est tout.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *